La dernière à Lorette

18 mars 2019 6 Par Lulu

Lorette, 16 mars 2019, la fin d’un voyage merveilleux.

C’est dans un gymnase que la ville de Lorette nous reçoit pour la dernière de Méditerranéenne avec Julie Zenatti et Chimène Badi entouré de leur équipe ! Le public fidèle des deux artistes attendent avec impatience l’ouverture des portes… Pour beaucoup ils étaient présents au Bataclan.

Ce soir comme beaucoup de date c’est complet ! Les répétitions se passent très bien, toujours avec beaucoup de professionnalisme, d’humour, une entente exceptionnelle au sein de l’équipe ! Julie n’hésite pas à faire partager ces moments sur Instagram avec ses fans. La salle est impatiente… le public est curieux… Début du spectacle. La petite voix d’Ava avec un message de paix, de partage de tolérance donne directement la direction de ce spectacle ! On commence avec AmalJulie puis rejoins par Chimène. Le public est déjà très emballé par l’émotion qui règne. Les voix des deux chanteuses qui résonnent pour nous faire connaître leur Méditerranée ! Puis vient le titre Zina, single de l’album. Magnifique reprise du groupe Babylone, en français… une chanson qui a tout son sens… et un final en violon avec David Naulin. Juste magnifique !

C’est Chimène qui pour ce dernier spectacle prends la parole, et salue le public, elle parle avec émotion de ce dernier concert, et de la belle équipe qui l’a entouré. On enchaine avec Babel, une jolie chanson, avec un passage en hébreux : Milim, milim, milim, cama milim amarnou Tsilim, tsilim, tsilim, charnou, charnou Libi, libi, libi, khai bekhaykha, libi, libi, libi, khai bekhaykha.

On fait ainsi connaissance avec cette jolie chanson de l’histoire de Babel. Le voyage ne fait que de commencer. Chimène reprends la parole, elle est émue, touchée par ce public qui a soutenu ce spectacle depuis plus d’un an avec 40 dates dans la France. Elle évoque un artiste Idir et sa chanson Ssendu, un hymne à la femme.

Son bonheur de reprendre cette chanson en Kabyle, sa langue maternelle. Le public se lève, emporté par Chimène à danser l Méditerranée… Elle continue par un doux hommage à sa maman à travers à chanson : D’une fille à sa mère. Elle termine par une présentation des musiciens, sur un rythme de Lalalala… repris par Julie en fond, qui revient sur scène ! Duo de choc sur Le dernier qui a parlé au son dès youyou façon Julie. Le public se lève et danse, remuant les épaules. Le voyage ne s’arrête pas et on se sent très proche les uns des autres, ça respire le bonheur ! Mais Julie veut encourager son public à se lâcher ! Chimène danse… et fait chanter le public « dada dada dadaaaaa ».

Cela fonctionne et le public reprends en chœur ! Julie demande les mains ! Et 600 mains se lèvent… en incitant également Mr le Maire présent au premier rang à participer ! Le public est debout… mais retour à l’émotion avec la magnifique chanson si je m’en sorsJean-Luc Léonardon au piano… on écoute avec beaucoup de tendresse un titre que l’on connaît bien de Julie. Et comme à la première écoute de ce titre, on est transpercé ! Les téléphones brillent avec leur petite lampe. David Naulin les accompagne… un émouvant Si je m’en sors

Chimène arrive avec Entre nous la chanson qui l’a fait connaître… comme pour Julie, l’émotion est présente, sa voix fait un magnifique écho dans la salle… tout le monde a des frissons. Chimène est ovationné ! Et maintenant un peu de swing avec Beautiful Tango. Le public s’ouvre de plus en plus.

Mais avec Mustapha, le public n’a plus le choix et se lâche complètement dans des chorégraphies. « chérie je t’aime, chérie je t’adore… » complice avec leur public, elles jouent avec lui… Il faut dire que la chanson est entraînante et nous donne envie de faire la fête ! Le public est debout ! Julie enchaine ensuite sur un son rock and roll, son titre Princesse… magnifique jeu de lumière (merci Julien) Julie a une énergie débordante « pour danser 1000 et un tango ».

Mais coupé par des applaudissements en pleine chanson, Julie se lâche à la taquinerie en prenant au hasard dans le public « son testeur d’ambiance ». « Quelques danseurs en herbe dans le gradin ? Julien éclaire moi la salle… » Musique suspens par les musiciens sur un fond de « chez Laurette » de Michel Delpech pour taquiner la ville. Et son dévolu est sur Lucien ce soir ! Un peu timide mais vite pris dans le feu de l’action, Julie entraîne Lucien à relancer le spectacle ! « Allez Lulu » « Lucien le sympathique » dit elle ! Lucien se lève, toute la salle le suit ! Le spectacle reprends ! Chimène retrouve son binôme pour présenter les musiciens David Naulin au violon, Jean-Luc Leonardon au piano, Olivier Monteils à la batterie et Michel-Yves Kochmann à la guitare.

On termine avec une danse endiablée des deux chanteuses sur le rythme des percussions d’Olivier Monteils. On repars en Méditerranée au Café des délices, avec une intro au violon de Mr Naulin.

Les gens connaissent bien la chanson et la reprenne en chœur : Yalil Yalil Apipi Yalil Yalil Yalil Apipi Yalil. Julie appelle de nouveau Lucien à chauffer la salle ! Tout le monde chante !

« Je suis une enfant de la Méditerranée je suis tout simplement une femme du sud », c’est en nous disant cela que Chimène nous chante sa magnifique chanson « je viens du sud ». Les deux chanteuses s’installent à genoux dos à dos pour nous chanter « et si en plus, il y a personne ». Cette chanson reprise de Souchon est leur prière, leur façon de rendre hommage à toutes ces victimes des attentas… les frissons se font ressentir, on entends que leur deux voix résonner… la salle n’ose plus bouger, on est submergé par l’émotion. Les chanteuses dégagent énormément à ce moment là… et avec quelques petites larmes s’achèvent sous un tonnerre d’applaudissements. Elles en profitent pour remercier ceux qui ont soutenu ce projet. En insistant bien que ce n’est pas un album politique ou féministe. C’est un album de paix, d’union où il n’y a ni couleur, ni religion, ni sexe… « vivre ensemble, et partager ces origines, cet héritage ». Julie remercie l’accueil de cet album et de ce spectacle. La salle est debout et ne cesse d’applaudir… aussi ceux qui font que ce spectacle existe… au son : Cédric Pontieux, à la lumière : Julien Lambote. Toute l’équipe technique ainsi que Sylvain (le régisseur), Solène (l’assistante de production) Les lucioles (leurs productrices bienveillante Valérie et Géraldine) Un grand merci au fan club Tchoupy et Cindy qui ont créé un programme du spectacle où les fonds ont été reversé à une association qui tient au cœur des chanteuses : la maison des femmes. Et un merci à Lucien évidemment.

Chimène est très émue… et nous interprète son nouveau titre qui lui a redonné l’envie de continuer… « Là-haut ». Un rythme entraînant ! Une énergie débordante ! Une voix puissante… Julie fait les chœurs… Chimène remercie à nouveau les musiciens pour qui elle s’est liée d’amitié, qu’elle a appris à connaître car ce sont ceux qui accompagnent Julie depuis toujours.

Julie nous chante son hymne à l’amitié, avec « les amis ». Le public est toujours debout. Puis la chanson « adieu mon pays » avec une intro à la guitare de Michel-yves kochmann. Une puissante émotion avec « la Alegria », la batterie est entraînante.

C’est la fin du spectacle avec encore de l’amour : « Aime ». Je dis quoi ??? Je dis aime !!!

Aimez vous, c’est la morale du spectacle ! De l’amour de la paix de la tolérance. Un dernier salut de l’équipe… sur une énergie positive ! Merci la Méditerranée !